Présence Franciscaine en Carladez

Saint François

Les Franciscains

Franciscains à Murat

Clarisses en Carladez

Frères Franciscains en Carladez

 

Patrimoine Franciscain

Le Carladez

Les Saints Franciscains

Franciscains à Aurillac

Franciscains à Mur de Barrez

Tiers Ordre en Carladez

Frères Franciscains originaire du Carladez

Retour Site Clarisses Mur de Barrez

 

 

Figures Franciscaines du Carladez

 

 

Cordeliers d’Aurillac

 

Maître Jean du Pouget, du couvent d’Aurillac est chargé en 1437, par le Ministre Général, lors du Chapitre Général, de délimiter le territoire du couvent de Murat.

 

François Pouget, en 1569, fait partie des franciscains d’Aurillac qui subissent la domination des Protestants. Ses frères ont réussi à fuir, mais lui a été surpris et tué à coup d’épée. Le bienheureux François Pouget, honoré comme martyr dans l’ordre franciscain est fêté le 17 novembre.

 

Effectifs de la communauté en 1772

 

En 1772 la communauté compte 12 religieux, plusieurs sont arrivés à la suite du chapitre provincial du 11 octobre 1768.

 

Dominique Godoffre, Gardien d’Aurillac

Toussaint Latour, Vicaire du couvent d’Aurillac.

Matthias Perié, est lecteur de théologie.

Ambroise Cablat, est second lecteur de théologie.

Othon Raboisson, prédicateur du couvent d’Aurillac

Antoine L’Héritier, gardien sortant d’Aurillac, est nommé premier lecteur de philosophie de ce couvent.

Pierre Fontès, est second lecteur de philosophie.

Le couvent d’Aurillac compte aussi Léon Lafargue et Gérard Coulon ainsi que trois frères laïcs: Didace L’Arrive, Pascal et Pierre Salecroix.

 

Frères toujours présents en 1790

 

Ambroise Cablat, alors âgé de 49 ans.

En 1774 il appartient à une loge maçonnique d’Aurillac, il est toujours à Aurillac en 1790 et est l’un des fondateurs de la Société Populaire locale.

 

Pierre Fontès, Antoine L’Héritier et Pierre Salecroix qui ont respectivement 50, 63 et 82 ans.

 

Etat de la communauté en 1791

 

En 1791 la communauté compte 9 frères dont Jean Abadie, 33 ans, celui-ci deviendra maire d'Aurillac sous le 1er Empire et Pierre Fontès. Sur les 9 religieux présents, ce dernier est le seul à vouloir rester dans le couvent. Il se cache durant les troubles de la Révolution.

 

 

Cordelier de Mur de Barrez

 

Le frère franciscain Antoine Rousseau est gardien du couvent de Mur de Barrez en 1612.

 

En 1633 c’est le Père Louis Grandis qui est gardien de l’Hospice de Mur de Barrez.

 

 

     Frères Récollets défunts du couvent de St Gall de Murat

          

Le Révérend Père François Simonis, est mort près de Blesle (Haute Loire) le 14 octobre 1589. Il se trouve à cette date au Martyrologe Franciscain. Ce prêtre et confesseur a brillé par sa prière et sa charité.

          

Le Révérend Père Tibustius B[iard], originaire de Lempdes (Haute Loire) du diocèse de Clermont, a exercé remarquablement les fonctions de gardien et de définiteur. Il meurt alors qu’il  prêchait à Allanche, une grande foule assista à son enterrement à Saint Gall.

          

Le Révérend Père Anicet Gilbert du village d’Apchon (Cantal), fut un remarquable prédicateur, il mourut alors qu’il était gardien à Saint Gall. 

          

Le Vénérable Père Paul Canchin, d’origine Basque, était applaudi lors de ses assemblées. Il mourut en 1640, et lors de son enterrement on s’arrachait ses vêtements pour en faire des reliques.

          

Le Vénérable Père Antoine Marcon toulousain, était très charitable avec les malades. Il pratiquait l’oraison au moins 4 heures par jour, et observa l’abstinence jusqu’à son ultime vieillesse. Il décéda en 1679, nonagénaire et après 67 ans de vie religieuse.

 

 

Jean de Roquetaillade

 

Jean de Roquetaillade, naît vers 1300 à Marcolès. Il entre chez les Frères Mineurs de Toulouse en 1332, et vers 1340 il est au couvent d'Aurillac. C’est là qu’il commence à avoir des visions, qui marquent le début de ses épreuves et de ses incarcérations dans les prisons de différents couvents pour arriver en 1349 à Avignon. Là, bien que prisonnier, Roquetaillade, recherché pour ses dons de prophétie, tient malgré tout une place non négligeable à la Curie. Il meurt au couvent des Franciscains de la ville, entre le 31 décembre 1365 et le 17 juillet 1366. Jean de Roquetaillade est l’auteur du «Vade mecum in tribulatione», où il donne une double prophétie, qui vise Aurillac et le Couvent des Franciscains. On peut dire qu’elle s'est réalisée lors de l’attaque des Protestants, en 1569.

 

Frère Antoine l’Héritier

 

Antoine L’Héritier, est né vers 1727 à Saint-Antoine, d’Antoine, et d’Anne Trabue. Il fait profession en 1751 au couvent des Cordeliers de Toulouse. Le 11 octobre 1768, il est le gardien sortant d’Aurillac, et est alors nommé premier lecteur de philosophie de ce couvent. En 1790, il a 63 ans, et réside toujours à Aurillac.

Jean Baptiste Robert Fondateur de la Devèze
 


Frère Flavien - Père Jean Baptiste ROBERT (1828-1908)

 

Jean Baptiste Robert est né le 28 janvier 1828 à Paris. De santé fragile, il est élevé à Laussac. Après un essai chez les Picpuciens, il devient Capucin sous le nom de Frère Flavien. En 1856, il fait profession religieuse et est ordonné prêtre. A l’occasion d’une de ses tournées missionnaires, il réalise que sa vocation franciscaine est celle du soin aux malades.  Il hérite des terres de la Devèze et y fonde, en 1866, un asile pour handicapés et une congrégation de sœurs franciscaines. Le Père Robert décède le 16 décembre 1908.

 

 

Père Raphaël DELARBRE d’Aurillac (Auguste) (1843-1924)

 

Auguste Delarbre est né à Aurillac le 13 avril 1843, il a reçu l’habit franciscain et le nom de frère Raphaël en 1862 et a été ordonné prêtre en 1867. Elu Supérieur Fondateur du couvent de Bordeaux, en mars 1872, il fut élu provincial de Saint-Louis d'Aquitaine (1873-1881), entra alors au conseil supérieur de l'ordre à Rome, comme définiteur, puis procureur général (1889-1897). C’est à ce titre qu’il travailla à l’union des 4 familles franciscaines souhaité par le pape Léon XIII, et réalisé en 1897 (union Léonienne). Le Père Raphaël d’Aurillac devient le directeur spirituel de sœur Marie de la Passion (Hélène de Chappotin) fondatrice des Franciscaines Missionnaires de Marie (FMM). Le Père Delarbre consacrera les dernières années de sa vie à cette jeune congrégation de sœurs franciscaines et meurt à Bordeaux le 14 novembre 1924.

 

Frère Vincent PRUNET (Pierre Jean Marie) (1926-2006)

 

Pierre Jean Marie Prunet est né le 26 septembre 1926 à La Soye, (Raulhac). Il devient franciscain sous le nom de «Frère Vincent». Il prononce ses vœux solennels en 1951 et est ordonné à Brive en 1953. Il assume le ministère paroissial de Maureilhan pendant environ 38 ans. Retiré depuis 2001 au couvent de Béziers, frère Vincent Prunet y décède en juin 2006.