Présence Franciscaine en Carladez

Saint François

Les Franciscains

Franciscains à Murat

Clarisses en Carladez

Frères Franciscains en Carladez

 

Patrimoine Franciscain

Le Carladez

Les Saints Franciscains

Franciscains à Aurillac

Franciscains à Mur de Barrez

Tiers Ordre en Carladez

Frères Franciscains originaire du Carladez

Retour Site Clarisses Mur de Barrez

Le Carladez

 
Le Carladez en France

Le Carladez s’étend depuis la rivière de la Truyère et du Lot, dans le premier de ces pays, jusqu’au delà de la rivière de Cère dans le second. La Vicomté tient son nom de Carlat, où se trouvait la forteresse de la famille des Comtes de Rodez - Vicomtes de Carlat, dont le premier ancêtre connu est Bernard, vivant en 933. Les Vicomtes de Carlat, de Rodez, de Pons puis d’Armagnac, tous issus de la même famille, ont toujours été très proches de la famille franciscaine :

 

de nombreux membres de la famille furent enterrés dans le couvent des Cordeliers de Rodez qu’un de leurs ancêtres avait fondé.

 

Henri II de Rodez fonde les clarisses de Millau.

 

Isabelle de Rodez fonde, en 1323, les clarisses de Boisset et de Carlat. En 1625, celles-ci seront transférées à Aurillac.

 

Bernard D’Armagnac et son épouse sont membres du Tiers-Ordre Franciscain, et de grands amis de Sainte Colette. Bernard est le protecteur de la réforme colettine et fonde les couvents des franciscains de Murat (1430), ainsi que des Clarisses de Lézignan, où entrera l’une de ses filles, Bonne d’Armagnac appelée «La Sainte du Carladez».

 

Les guerres de religion, des trahisons de la part de Jacques d’Armagnac, marquent petit à petit la fin de Carlat. La vicomté est rattachée à la couronne, au début du 17ème siècle. Peu de temps après le séjour de la Reine Margot, Henri IV fait raser la forteresse.

 

En 1643, en compensation des terres qu’il avait perdues en se plaçant sous la protection de la France, Louis XIII donna à Honoré Il de Grimaldi, Prince de Monaco, le Duché de Valentinois, et la Vicomté de Carlat, qui est alors érigée en comté. Même si la Révolution a mis fin à 148 ans d’administration du comté par la Principauté Monégasque, le prince de Monaco porte encore aujourd'hui, le titre de Comte de Carladez.

 

La Révolution mit fin à la présence franciscaine en Carladez, mais dès 1805, le monastère des clarisses d’Aurillac va rapidement se reconstituer. Le 19ème siècle, vit naître un grand nombre de fraternités du Tiers-Ordre Franciscain et de congrégations de sœurs franciscaines, dont celles de Mur de Barrez et celles de La Devèze, mais au début du troisième millénaire, ces deux communautés quittent leur lieu de fondation. Actuellement, les Clarisses de Mur de Barrez, restent les seules représentantes de la famille franciscaine dans le Carladez

 

La famille des comtes de Rodez et Comtes du Carladez

 
Arbre généalogique des familles des comtes du Carladez