Présence Franciscaine en Carladez

Sainte Claire

Les Franciscains en Carladez

Clarisses de Boisset et Carlat

Clarisses de Mur de Barrez

Sœurs Clarisses avant la Révolution

Patrimoine clarien

Le Carladez

Les saintes Clarisses

Histoire des Clarisses

Clarisses d’Aurillac

Tiers Ordre en Carladez

Sœurs Clarisses après la Révolution

Retour Site Clarisses Mur de Barrez

 

Les Clarisses de Mur de Barrez

 

 

 


1653 : Fondation du monastère Sainte Claire de Saint Joseph de Mur de Barrez par François d’Humières, pour l’éducation des filles de la région

 

14 mars 1654 : arrivée des 3 sœurs  du fondateur : Gabrielle, clarisse à Aurillac, Marguerite et Françoise d’Humières, sœurs Augustines au monastère de Saint Projet Cassaniouze. Elles logent momentanément dans la maison Montamat avant d’intégrer le monastère construit pour elles au faubourg de la ville sur l’emplacement des fondations de l’ancien château.

 


1675 : construction de la chapelle, ornée d’un magnifique retable, qui sera sauvé au moment de la Révolution et installé dans l’église de Rouens.

 

1755 : Confirmation de l’établissement du monastère par lettres patentes signées du roi Louis XV

 

1771 : Le monastère compte 40 sœurs issues des familles de la région qui éduquent les jeunes filles  et soulagent les pauvres et les malades

 

1789 : La révolution abolit les vœux religieux. Les 30 religieuses refusent de renoncer à leur vie monastique, mais chassées, elles se retirent dans leurs familles. Le monastère va servir comme maison commune, caserne, prison, bureaux, salles, école primaire, gendarmerie... Le four à pain devient four communal.

 

1805 : Ouverture d’une école secondaire, qui déclinera suite à un terrible incendie en 1809.

 

1840 : L'ancien monastère sert de local pour la justice de paix et de maison communale pour les élections et le tirage au sort. Décès de Mademoiselle Louise Félicie Belmon de Malcor qui lègue, par testament une forte somme pour le rétablissement d’un monastère de religieuses contemplatives. Après de refus des clarisses d'Aurillac, les religieuses de la Visitation d’Avignon acceptèrent l'offre et elles assument l'énorme tâche de réparations indispensables.

 

1861 : Les visitandines ouvrent un pensionnat. Sans grand succès la fondation végète jusqu’en 1866. Ne pouvant prolonger leur existence, elles font de nouvelles démarches auprès des Clarisses d’Aurillac pour refonder les clarisses de Mur de Barrez. Cette fois-ci mère saint Ambroise accepte.

 

 

22 octobre 1868 : Arrivée des cinq soeurs refondatrices : Sœur Ste Véronique (supérieure),  sœur St Bernard (vicaire) sœurs Ste Colette, St Vincent et sœur Ste Claire venue du monastère de Lavaur. Ces dernières ne peuvent ouvrir une école par manque de ressources et de bâtiments convenables. Elles s'orientent vers la vie purement contemplative.

1871 : F. Granier, peintre local, peint l'Ascension du Christ sur la voûte de la chapelle.

 

1895 : Erection canonique du monastère

 

Monseigneur Jean Verdier, l’enfant du pays, devenu le Cardinal de Paris, ne manque pas, chaque année d’aller voir ses sœurs clarisses de Mur de Barrez. Lui-même fait partie de la fraternité franciscaine sacerdotale de Paris.

 

1945 : Le travail de broderie ne suffit pas à nourrir les 32 sœurs de la communauté, soeur Anne Marie et sœur Marie de la Nativité, se portent  volontaires pour aller quêter.

 

   

Chapelle en 1935      Chapelle en 1939       Chapelle en 1953       Chapelle en 2000

 

Le 12 octobre 1960, toutes les sœurs de la communauté, qui jusqu’à présent n’avaient fait que des vœux perpétuels, prononcent leur voeux solennelles de la règle de Sainte Claire

 

 Le Concile Vatican II va amener un certain nombre de changements : suppression des grilles, simplification de l’habillement, échanges fraternels, disposition de la chapelle. Celle-ci s’orne d’un grand Christ de Saint Damien peint par Mère Véronique. Dans les locaux annexes les soeurs catéchisent les enfants du pays, et aménagent les bâtiments pour accueillir plus largement les familles et les personnes en quête de détente et de ressourcement tout en pouvant profiter des offices et de la région magnifique.

 

Tout au long de la journée, à travers les différents temps de prières, les sœurs chantent la louange du Seigneur et intercèdent pour le monde. A la suite de Saint François et Sainte Claire, elles aspirent à vivre la vie fraternelle dans la joie et la simplicité.

 

 

 

Actuellement, l’accueil monastique, ainsi que les ateliers de maroquinerie, d’ornements liturgiques, icônes, et les offrandes font vivre matériellement la communauté. La journée est rythmée par des temps de prière, auxquels peuvent participer les fidèles. Vous pouvez également les retrouver sur leur site internet : www.steclairemur.org