Monastère Sainte Claire de Mur de Barrez

vendredi 13 mai 2016

Obsèques de Soeur Marie Elvire


Évocation de sr Marie Elvire

Sr Marie Elvire est née le 14 mars 1925 à Néris les Bains, dans l'Allier. Quelque temps plus tard, avec ses parents, d'origine italienne, et son frère Auguste, elle déménage à Vichy.

Le 2 août 1948 elle fait profession religieuse chez les sœurs franciscaines de Montpellier. Après le concile, elle entre chez les clarisses de Lavaur, dans le Tarn, qu'elle quitte 10 ans plus tard pour venir à Mur, où elle est définitivement intégrée le 2 mai 1978.

Très bricoleuse et manuelle, avec son frère et ses 2 neveux, Christophe et Olivier, et quelques autres sœurs, elle ira retaper un vieux buron sur les pentes des Monts du Cantal. Elle est très investie, avec compétence, dans les grands travaux réalisés au monastère ou à notre accueil monastique. Ses doigts de fée lui font faire des merveilles à la maroquinerie : on lui montre un objet, elle le défait, et peut vous refaire un autre à l'identique ! Elle a aussi le pouce vert, et est très heureuse de travailler au jardin, où elle fait pousser tout un tas de fleurs diverses et variées.

Pendant de nombreuses années, elle est sacristine, et en voit passer, des prêtres qui viennent souvent se reposer chez nous. Plusieurs fois, nous l'entendons rendre grâce au Seigneur pour la chance qu'elle a eue de travailler si longtemps avec notre aumônier, le Père Boutary ! Car tous ceux qui passent ne sont pas des perles rares comme lui !

En 2012, c'est une joie pour elle d'aller, avec quelques autres sœurs de la Communauté à Assise, lors du 8è centenaire de notre Ordre des Clarisses. Marcher sur les pas de François et de Claire l'a beaucoup marquée. Et malgré une mauvaise chute, ce pèlerinage restera un moment fort pour elle.

Les accrocs de santé n'ont pas manqué sur son chemin. Les hôpitaux et les maisons de rééducation, ça la connaît ! Elle n'en garde d'ailleurs pas que de mauvais souvenirs, car elle y rencontre des personnes très sympathiques avec lesquelles elle est restée en relation. En 1991, elle est touchée par un premier cancer du sein, puis un deuxième quelques années plus tard, qui finit par se généraliser. Elle sera hospitalisée début janvier, puis arrive à la maison de retraite de Mur le Jeudi Saint.

Depuis quelques semaines, une grande question la taraudait : comment ça se passe, la mort ? On fait comment pour mourir ? Bien sûr, lorsqu'elle a fait profession, à la suite de François et de Claire, elle a fait vœu de vivre en chasteté, en obéissance et … non pas en pauvreté, mais, selon les termes de notre Règle : « sans rien en propre ». Et ce n'est pas facile, ce n'est pas naturel, c'est même très laborieux ! C'est le combat de toute une vie pour se laisser émonder, dépouiller par le Seigneur, pour nous alléger, pour pouvoir, comme nous le dit sainte Claire, « avancer allègres, joyeuses et confiantes » sur ce chemin à la suite du Christ. On s'approprie tellement de choses au cours du chemin, à commencer par notre volonté et notre petite personne ! … Eh bien, au bout du voyage, Marie Elvire a eu la chance de trouver sur sa route, à la maison de retraite, une infirmière, qui lui a dit très simplement : « C'est le moment, vous pouvez partir, sr Marie Elvire, il vous faut lâcher prise, et partir en paix maintenant. » Alors que les jours précédents avaient été difficiles, le Seigneur est passé par la douceur et la simplicité de cette infirmière et a ainsi permis à Marie Elvire de partir en paix. Que le Seigneur en soit béni !


Lectures de la messe

2ème lettre de Paul au Corinthiens 4, 14-5, 1

Nous le savons, celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera, nous aussi, avec Jésus, et il nous placera près de lui avec vous. Et tout cela, c’est pour vous, afin que la grâce, plus largement répandue dans un plus grand nombre, fasse abonder l’action de grâce pour la gloire de Dieu. C’est pourquoi nous ne perdons pas courage, et même si en nous l’homme extérieur va vers sa ruine, l’homme intérieur se renouvelle de jour en jour. Car notre détresse du moment présent est légère par rapport au poids vraiment incomparable de gloire éternelle qu’elle produit pour nous. Et notre regard ne s’attache pas à ce qui se voit, mais à ce qui ne se voit pas ; ce qui se voit est provisoire, mais ce qui ne se voit pas est éternel. Nous le savons, en effet, même si notre corps, cette tente qui est notre demeure sur la terre, est détruit, nous avons un édifice construit par Dieu, une demeure éternelle dans les cieux qui n’est pas l’œuvre des hommes.


Psaume 138 1-2 ; 7-8 ; 11-12 ; 17-18

Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais ! +
Tu sais quand je m'assois, quand je me lève ;
de très loin, tu pénètres mes pensées.

Où donc aller, loin de ton souffle ?
où m'enfuir, loin de ta face ?
Je gravis les cieux : tu es là ;
je descends chez les morts : te voici.

J'avais dit : « Les ténèbres m'écrasent ! »
mais la nuit devient lumière autour de moi.
Même la ténèbre pour toi n'est pas ténèbre,
et la nuit comme le jour est lumière !

Que tes pensées sont pour moi difficiles,
Dieu, que leur somme est imposante !
Je les compte : plus nombreuses que le sable !
Je m'éveille : je suis encore avec toi.


Évangile selon Saint Jean 14, 23-26

Jésus dit aux disciples : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.


Prière universelle

Le célébrant : Pleins de confiance, tournons-nous vers le Seigneur pour lui adresser nos prières.

1. Béni sois-tu Seigneur pour les 68 ans de vie religieuse de sr Marie Elvire. Tu as cheminé patiemment avec elle, et elle avec toi au cœur d'une communauté. Accueille-la aujourd'hui auprès de toi, avec toutes celles qui l'ont précédée, nous t'en prions.

2. Regarde avec tendresse Seigneur tous ceux qui ont perdu un être cher et qui sont dans la peine. Sois toi-même leur courage et leur force. Qu'ils mettent leur espérance en toi, le Maître de la vie qui as vaincu la mort, nous t'en prions.

3. Fais-toi proche de tous ceux qui sont en maison de retraite ou dans les hôpitaux, du personnel soignant qui se dévoue à leur service avec patience et délicatesse. Sois la paix et le réconfort de chacun, nous t'en prions.

4. Inspire des gestes de fraternité pour que la paix s'étende dans le monde entier. Que les chrétiens, par leur vie, osent et sachent témoigner que tu donnes la paix à ceux qui la désirent, nous t'en prions.

Le célébrant : Seigneur de la vie, dans ta bonté et ta miséricorde, exauce ces prières que nous t'adressons, et celles que nous portons dans notre cœur, toi qui règnes pour les siècles des siècles. AMEN.


www.steclairemur.org