Homélie de Monseigneur Bellino GHIRARD

pour la fête de Sainte Claire 2009

 

     Le journal « La Croix » a fait un encart spécial : « Assise, patrimoine mondial de la fraternité ». Il y a d’abord le patrimoine naturel…avec des ondulations, des collines, qui donne un air de sérénité et de paix. Il y a ensuite le patrimoine culturel, avec ses basiliques et les fresques de Giotto - qui visualise le parcours spirituel de St François et de Ste Claire (Rivo-torto, l’ermitage de Carceri et St Damien) : à la fois pour François et pour Claire, qui restitue aussi ce climat de douceur, de paix, et de fraternité. La sobriété des pierres nues et de ces constructions au milieu de cette agréable nature incarne assez bien la simplicité de la        spiritualité franciscaine. Et évidemment, à Assise, il y a la rencontre avec le Poverello et Ste Claire dans leur milieu de vie. Le rayonnement d’Assise a connu dans le milieu des années 80 un coup de pouce extraordinaire avec la rencontre d’Assise de toutes les religions - au moins des priants de toutes les religions, rencontre qui a été voulue et soutenue par le Pape Jean-Paul II. C’est sous l’égide de St François et de Ste Claire que cette manifestation a connu un grand succès, et qu’elle continue à se déployer (même en dehors d’Assise) puisque la dernière (ou une des dernières) s’est déroulée à Lyon - toujours avec une égale réussite - mais l’intéressant, c’est le signe qui est donné : les religions se manifestent comme des réalités ou des entités de paix, de fraternité et non de guerre, de division, de concurrence. Ce changement, nous le devons à Jean-Paul II, mais surtout à St François, Ste Claire, et Assise. Une des pèlerines récentes (de 26 ans) a identifié en des mots simples ce qui résume le rayonnement d’Assise et de ses saints ; elle dit pourquoi Assise leur parle tant : « La figure de François nous aide à réfléchir à la paix, à la sauvegarde de la création, au dialogue entre les religions et les cultures, à l’acceptation des autres et de leur différence. Ces questions touchent beaucoup de jeunes aujourd’hui. Dans un monde où l’on est sans cesse sollicité par de nouveaux besoins matériels, il nous aide aussi à réorganiser nos priorités dans notre vie, à faire le tri entre l’essentiel et le superflu. » On pourrait s’extasier aussi sur le lumineux témoignage de Claire - car elle porte un nom de lumière - Un théologienne avec poésie, mais en toute vérité, a pu dire : « Claire par son nom, Claire encore plus par sa vie, très Claire par son amour. » Il n’est pas jusqu’à la bulle de canonisation qui proclame son admiration enthousiaste : « Heureuse Claire et admirable clarté. Plus on te regarde, plus on t’admire. Vraiment, dans le monde, elle étincelait, dans son Ordre elle est un brasier, dans la maison paternelle elle était un rayon de lumière, au monastère elle était un éclair qui flamboie. Pendant sa vie, elle resplendit, après sa mort, elle illumine. Sur terre elle était lumineuse, au ciel elle éblouit. »Par ses choix courageux, elle montre la route pour s’adonner au radicalisme de l’Evangile afin d’imiter au plus près la manière d’aimer et de servir du Christ.

 

     Ce sont donc deux vies évangéliques qui peuvent nous évangéliser encore aujourd’hui. Quelqu’un  a pu dire qu’à Assise, et surtout dans les petits ermitages, « la grâce de Dieu est tombée en abondance ». Pourquoi ne continuerait-elle pas à tomber aujourd’hui sur ceux qui visitent ces lieux, mais aussi sur ceux qui lisent ou méditent leurs vies ?

 

     Assise est perçu comme un lieu fondateur d’une existence nouvelle : car elle est comme toute imprégnée de la spiritualité de St François et de Ste Claire. Ils nous disent l’un et l’autre qu’une vie nouvelle est possible. En effet, ils ont connu ce grand retournement de leur mode de vie, cette conversion certes radicale, mais qui donne à voir qu’au-delà des ruptures, une liberté nouvelle et un bonheur évident soulèvent désormais leur vie. Reprenons quelques éléments forts de cette spiritualité : la racine principale en est la contemplation. Elle commence par l’émerveillement devant la beauté de la création (surtout pour St François avec le Cantique des Créatures) mais elle est également présente chez Ste Claire : «  Regarde Jésus chaque jour, et en le contemplant, transforme-toi toute entière en l’image de Dieu. »Cet émerveillement et cette contemplation provoquent en elle une louange et un amour d’exultation et de joie. Elle nous montre la Source de sa joie, de sa liberté, de son amour si vivifiant : c’est le Christ et son Évangile «  L’amour de Jésus pour nous est bouleversant ; Le regarder nous rend des forces, découvrir son amour rend heureux. Sa douceur remplit de bonheur, sa présence comble notre cœur. »

 

     La conversion à une vie nouvelle ne peut naître que dans  cette fidélité à méditer inlassablement la Parole de Dieu. C’est d’ailleurs une des insistances de notre projet pastoral diocésain : Mettre la Parole de Dieu au centre de notre vie chrétienne et ecclésiale. Ouvrir toutes nos réunions par l’écoute et un partage de la Parole de Dieu. Que nous soyons davantage une Eglise qui va aux sources de la Foi pour accepter d’aller au large pour l’annonce de l’Evangile. Et pour citer notre Pape Benoît XVI : « Acquérir une familiarité avec la Bible pour qu’elle soit la boussole indiquant la route à suivre. » Ste Claire le dit autrement à vous, consacrées, mais ces invitations sont bonnes pour tous les baptisés. « Place ton esprit devant Jésus, lui qui est le reflet et la lumière de Dieu. » Pour voir Dieu, comme disait le Père Marie-Eugène Grialou, (peut-être notre prochain bienheureux aveyronnais) il faut donc regarder Jésus, sa vie, ses actes de bonté… mais surtout comme il l’a dit à ses apôtres «  Qui me voit, voit le Père » et tout son amour.  Place ta vie devant Lui : Il est : « la beauté et  la grandeur de Dieu. » Pour imiter Jésus, il est nécessaire de bien le connaître, de découvrir le sens de tous ses actes. « Place ton cœur devant lui, il est le Fils et l’image parfaite du Père. »

Dans la bonté du Fils, tu découvriras la bonté du Père, ce Père qui a tant aimé le monde en lui envoyant son Fils Bien-Aimé pour le sauver.

 

     Dans la 4ème lettre à Agnès, Ste Claire emploie l’image très connue du MIROIR : « Puisque Jésus est la splendeur de la gloire éternelle - l’éclat de la lumière éternelle et le miroir sans tâche. Ce miroir, regarde-le chaque jour. » Elle ajoute « Dans ce miroir resplendit la bienheureuse pauvreté, la sainte humilité, et l’ineffable charité. »

 

     De cette rumination de la Parole (par la Lectio Divina ) par le partage d’Evangile, découle véritablement le souci d’imitation du Christ dans ces trois directives qu’indique Ste Claire : -La Pauvreté, l’Humilité, la Charité. Cette année, nous méditerons surtout sur la charité, d’autant plus que vient de paraître l’encyclique de notre Pape Benoît XVI « Caritas in veritate » : « L’Amour dans la vérité ». Commençons par quelques citations des écrits de Ste Claire : « Je suis transportée de joie et d’allégresse comme le sont tous ceux qui servent ou désirent servir Jésus. » A Agnès : « Je te considère comme une aide de Dieu lui-même comme le soutient et le réconfort de ceux qui souffrent. » «  Par des actes manifestes au dehors, l’amour que vous portez au-dedans en vous chérissant de l’amour du Christ. ». Cet amour devait d’abord se concrétiser dans l’amour des sœurs que le Seigneur donne à chacun à l’intérieur du monastère. Mais comme notre réflexion est partie de l’article de la Croix sur la fraternité : il nous est bon pour comprendre l’importance de ce rayonnement d’Assise et de ses saints, d’ouvrir encore plus notre cœur à la dimension universelle de la fraternité en repartant d’une des insistances du Pape Benoît XVI dans son encyclique « l’Amour dans la vérité ». Cela paraît peut-être assez loin de votre modeste quotidien, mes chères sœurs. Mais si vous lisez cette encyclique du Pape, vous verrez qu’il n’en est rien. Je vais essayer de vous en donner quelques éléments, faute d’avoir le temps de vous en faire la preuve. Cette encyclique est donc toute consacrée à la doctrine sociale de l’Eglise, et elle décrit minutieusement ce qu’est le développement dans la conjoncture actuelle de la mondialisation. Benoît XVI après Paul veut faire réfléchir tous les acteurs économiques, financiers, politiques et religieux sur cette urgence d’accompagner ce développement des peuples, non seulement dans la charité, mais en respectant la vérité de toutes les dimensions de l’homme. Il revient à plusieurs reprises sur la nécessité de prévoir un développement intégral qui respecte tout homme et tout l’homme. Mais il met le doigt sur une première constatation que notre société toujours plus globalisée - si elle nous rapproche - (le monde est presque un grand village avec Internet, les moyens de communication) donc si la mondialisation nous rapproche, elle ne nous rend pas frères !  Car le développement implique que la charité y occupe une place centrale. Or cette charité ne peut être nourrie que par l’Evangile et la Parole de Dieu. D’autre part, il convient de vivre cette charité dans la vérité. Nous pouvons ainsi mieux entendre quelques unes des autres affirmations ou interpellations de l’Encyclique. Voici ce que dit Benoît XVI : « Dans le contexte socioculturel actuel, où la tendance à relativiser le vrai est courante, vivre la charité dans la vérité  conduit à comprendre que l’adhésion aux valeurs du Christianisme est un élément non seulement utile, mais indispensable pour l’édification d’une société bonne et d’un véritable développement humain intégral. Un Christianisme de charité sans vérité peut facilement être confondu avec un réservoir de bons sentiments, utiles pour la coexistence sociale, mais n’ayant qu’une incidence marginale. Compris ainsi, Dieu n’aurait plus une place propre et authentique dans le monde. Sans la vérité, la charité est reléguée dans un espace restreint et relationnellement appauvri. Dans le dialogue entre les connaissances et leur mise en œuvre, elle est exclue des projets et des processus de construction d’un développement humain d’envergure universelle. »

    

 

 

 Les soeurs Clarisses – Monastère Sainte Claire – 12600 Mur de Barrez - www.steclairemur.org